Parcours professionnelle

Catherine Maymó est une bijoutière formée à l’école des Arts Décoratifs de Genève, dans laquelle elle a étudié le design, la gemmologie et la haute joaillerie.

Durant ses études, entre 1996 et 2000 elle prend part à plusieurs expositions locales qui lui permettent d’engranger une précieuse expérience dans le domaine de la création et l’exposition de bijoux. En 2000, ses études à peine achevées, elle participe au prix Golay Buchel « La Perle au Masculin ». Postérieurement, la pièce créée pour cette occasion sera également exposée à la foire de Bâle.

Par la suite, Catherine poursuit entre 2000 et 2002 une formation supérieure en art contemporain au centre d’art et design de Barcelone, la prestigieuse Escola Massana. Le 16 juin 2002 elle se présente au prix « Deutsches Goldschmiedehaus » de Hanau en Allemagne. Peu après, elle est finaliste du prix « Enjoia’t » de Barcelone ce qui lui permet de représenter l’Escola Massana au colloque mondial de la bijouterie « Le Bijou en Suisse » à Genève.

Durant l’année 2003, Catherine ouvre une galerie-atelier nommée Espai Taller, (l’espace atelier). Dans ce lieu, elle choisit de promouvoir des jeunes créateurs en dehors des réseaux commerciaux habituels tout en proposant ses propres bijoux contemporains. Une des vocations de l’Espai Taller est également l’échange et la collaboration entre bijoutiers locaux et européens comme en témoignent des expositions telles que « Pont Aéri » en 2003 au cours de laquelle furent conjointement présentées les créations de Pernilla Särström de Stockholm, Christine Harwart de Phforzeim et Rosa Batalla de Barcelone.

Au cours de cette même année, Catherine participe à l’exposition collective « El Meu Món Imaginarí » dans la galerie Alea de Barcelone et voyage à Stuttgart en représentation des jeunes designers barcelonais à l’occasion de l’exposition « Designer Saturday Stuttgart ».

Durant les années qui suivent, elle va s’intéresser dans la confection de ses bijoux à la juxtaposition d’éléments de natures différentes. En effet,les collections de cette époque se caractériseront par le mélange permanant de textures, de matières et de couleurs comme par exemple l’association du crochet, de la soie ou de la guipure avec des métaux précieux comme l’or et l’argent.

Le travail fruit de cette exploration sera présenté au public lors des expositions de « Joies y Roses » et « Joies de Tela » toujours dans la galerie Alea de Barcelone mais également lors de l’exposition « La Festa de las Flors » dans la galerie Els Tresors De La Barca à Gérone.

Après cette période consacrée au(x) mariage(s) de la matière, Catherine Maymó commence une réflexion sur le thème de la Survie à l’occasion de l’exposition « Medalles Contra La Guerra » à nouveau dans la galerie Alea. Pour cet évènement, elle présente une médaille militaire formée par une bouée de sauvetage en argent. Ironie du sort, dans le cadre de l’exposition itinérante du même nom qui visitera plusieurs villes des Etats-Unis, la pièce unique de Catherine arrivera en 2005 jusqu’à la Nouvelle Orléans où elle se perdra à jamais lors des inondations causées par l’ouragan… Katrina…

La bijoutière se servira de cette anecdote tragi-comique pour peaufiner son processus créatif consacré à la Survie. Désormais, pour elle, Survivre devra être compris comme «sentir vivre son corps tant au travers du plaisir que de la douleur».

Cette dernière réflexion inspirera à Catherine une nouvelle collection de bijoux en crochet où chaque pièce créée sera accompagnée d’un court passage de sa vision personnelle du conte populaire de Charles Perrault, La Belle au bois dormant. En effet, l´artiste retrouve dans cette fable célèbre l’antagonisme entre plaisir et douleur propre à son thème de la Survie:

« La Princesse à laquelle la Sorcière a jeté un sort se pique le doigt au fuseau et s’endort pendant cent ans. Cet état de Survie induit par la douleur que lui a infligé la Sorcière ne s’achèvera que lorsque son corps se sentira vivre à nouveau grâce au plaisir procuré par le doux baiser du Prince »

Cette perception du conte déclinée en confection de bijoux donnera une collection avec une forte dualité:

d’une part des créations provoquant un certain plaisir charnel comme des bagues en perles qui, lorsqu’on les enfile, massent agréablement le doigt ou des pendentifs en plumes qui, une fois revêtus, caressent délicieusement le cou;d’autre part des bijoux « griffant », de formes froides et plissées qui suggèrent la douleur.

Au-delà des nombreuses collections que Catherine Maymó a présenté au cours de sa jeune carrière, elle reste une bijoutière avec autant de savoir-faire en ce qui concerne la création de pièces uniques à partir de métaux précieux et des gemmes que pour adapter au goût du jour des bijoux anciens. Ces pièces, souvent héritées, que ses clients lui confie régulièrement sont alors transformées, modifiées afin de leur conférer un caractère contemporain sans leur ôter leur précieuse valeur sentimentale.

A l’heure actuelle Catherine partage un atelier avec un autre bijoutier et un horloger dans l’historique et prestigieux quartier du Born à Barcelone. Ce quartier des plus artistiques de la ville est également un lieu de contrastes entre l’ancienneté de ses rues médiévales et le caractère résolument moderne de ses arcades très en vogue. Bref, un quartier sans doute à l’image des créations que Catherine Maymó propose.

Abonnez-vous à la Newsletter!

info@catherinemaymo.com

C/ Cotoners, 8 bis – 08003 – Barcelona

+0034 665.845.748